En hausse

Maltodextrin 100

  • 100% de poudre de glucides pure
  • Valeur DE (Dextrose Équivalent) basse de 14
  • Goût neutre et bonne solubilité
Unité de vente
Qté
En stock
€ 17,50

Ajouter à la liste d'envie Ajouter à la liste d'envie

Maltodextrin 100

SPONSER Maltodextrin 100 fournit des glucides complexes avec une valeur dextrose équivalent (DE) très basse de 14. Les glucides soutiennent la capacité de performance d’endurance. La poudre au goût neutre est fabriquée à base d’amidon de maïs. Le spectre saccharique de cette poudre de glucides pure (95% dans la substance sèche) est constitué de polysaccharides ainsi que de maltose et de dextrose. Maltodextrine est particulièrement approprié pour l’enrichissement énergétique de nourriture et de boissons telles que müesli, shakes, etc...

Read more

Prepare
Before
During
After
Water
Milk

Application

Pour le "carboloading" ajouter les 1 à 2 jours avant la compétition 3 à 4 portions par jour aux aliments ou boissons selon apport recommandé. Prendre cette même quantité tous les 2-3 jours lors des phases et camps d’entraînements intensifs. 1 mesurette = env. 12 g.

Preparation

Pour la préparation d’une boisson énergétique diluer env. 40-80 g/litre. 

Article

Besoins hydriques pendant le sport

Une déshydratation ou bien une perte d'énergie pendant l’entraînement ou la compétition peut réduire la performance.

À l'article »

Alimentation sportive pour enfants

Besoins en énergie et en protéines (en anglais)

À l'article »

Plus d'articles

Besoins hydriques pendant le sport

En été, le sujet de la réhydratation durant les activités sportives est plus que jamais d’actualité. Non sans raison, étant donné qu’une déshydratation ou bien une perte d'énergie pendant l’entraînement ou la compétition est considérée comme le facteur le plus essentiel dans la réduction de performance. Nous allons donc exposer ce que les athlètes devraient savoir sur l’hydratation et publier un plan d’hydratation clair pouvant être appliqué à de nombreux types de sport.
Le corps absorbe les liquides grâce à l’alimentation et aux boissons et les perd par différents canaux (urine, peau, selles et poumons). Toute personne faisant du sport et qui transpire augmente considérablement sa perte de liquide, raison pour laquelle la quantité de boisson requise augmente pendant et après l’exercice. La quantité de sueur perdue dépend non seulement de la température ambiante et de l’intensité choisie, mais également d’autres conditions environnementales. Ainsi, le choix des vêtements et de la  protection solaire joue également un rôle essentiel. Si vous portez des vêtements qui retiennent la chaleur, cela peut entraîner une accumulation de chaleur et l’effet rafraichissant de la transpiration fait défaut. Les crèmes solaires, mal absorbées par la peau, peuvent également rendre l’évaporation et la transpiration difficile.

Quantité de boisson idéale différente pour chaque individu
Les taux de transpiration maximum sont de 2-3 litres par heure lors d’efforts d’intensité élevée et par grandes chaleurs. Cependant, pour la plupart des sports et dans des conditions normales, les pertes par transpiration sont généralement d’environ 1 litre par heure, voire moins. De nombreuses études ont montré que les pertes par la sueur sont très différentes d’un athlète à l’autre. Pour cette raison, une généralisation de la consommation de liquide n’est pas recommandée. L’hydratation individuelle peut être déterminée relativement facilement grâce à la technique de la pesée. Le poids du corps avant l’effort et le poids après l’effort sont déterminants. Le calculateur d’hydratation sur le site Internet de la Swiss Sports Nutrition Society fournit un protocole relativement clair pour déterminer le volume d’hydratation individuel. Si cette méthode est trop compliquée, elle peut être remplacée par la recommandation suivante : « buvez 4-8 dl par heure d’activité en fonction de la sensation de soif ! ».

Procédé d’hydratation durant l’activité sportive
La perte hydrique provient généralement du plasma sanguin, ce qui entraîne une réduction du volume sanguin et donc une chute de la pression sanguine. Une perte de liquide de 2%, ce qui correspond à une perte de liquide d’env. 1,4 kg pour un athlète pesant 70 kg, conduit déjà à moyen terme à une capacité de performance réduite. A partir d’un déficit d’hydratation de 5%, la performance ne peut plus être maintenue. Les conséquences en sont la fatigue, l’apathie, les vomissements et les crampes, ce qui conduit généralement à l’abandon de la compétition. Mais comme pour tout, il en va de même pour l’hydratation : « il faut être raisonnable ».

Attention à l’hydratation excessive!
Un apport de liquide excessif est tout aussi problématique qu’un apport trop faible. Par conséquent tout les sportifs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, devraient avant tout essayer de boire selon leur soif. Habituellement, de cette manière, on boit aussi en bonne quantité. Une hydratation excessive peut non seulement nuire à la performance, mais également dans les cas extrêmes, mettre la vie en danger si elle entraîne une hyponatrémie due à une carence de sodium. Cela conduit à une dilution du plasma sanguin et le rein ne peut ainsi pas évacuer suffisamment d’eau assez rapidement. De tels incidents se sont, entre autre, passés lors de manifestations de course à pied réputées aux Etats-Unis. L’analyse a montré que c’était les mauvais coureurs qui ne consommaient que de l’eau à faible intensité pendant le marathon, qui en particulier risquaient une hyperhydratation. Si toutefois ce sont des boissons électrolytiques qui sont consommées, il n’y a aucun risque d’hyponatrémie. Un autre inconvénient est que, en cas de consommation excessive d’eau, vous devez constamment vous éclipser. Il existe clairement des facteurs de risque pour un apport excessif :
• vitesse lente ou faible intensité
• peu d’expérience
• femme
• grande disponibilité de boissons
• durée > de 4 h
• conditions exceptionnellement froides ou chaudes

Boissons sportives adaptées
L’estomac remplit la fonction d’un réservoir dans lequel le flux vers l’intestin grêle est contrôlé. Des facteurs tels que les nutriments, la consistance de la nourriture, la quantité de solides et les températures des liquides ou de la nourriture affectent le temps nécessaire à vider le réservoir. Pour les sportifs qui sont exposés aux températures estivales, ce qui importe avant tout, c’est la densité énergétique de la boisson. En effet, une densité énergétique plus élevée augmente le temps de vidange de l’estomac. En conséquence, le liquide est livré « par portions » à l’intestin. Si la boisson contient en plus du glucose et du sodium, le liquide est absorbé de manière optimale depuis l’intestin vers le sang. Pour ce faire, il faut veiller à ce que la boisson présente une osmolarité légèrement inférieure (un peu moins d’électrolytes et de composants du sucre) que le sang. De plus, afin de garantir une digestibilité optimale, le taux d’acidité devrait être relativement faible. Les facteurs suivants jouent un rôle dans le choix d’une boisson sportive adaptée :

Osmolalité
La pression osmotique est déterminée par les substances présentes, telles que les sucres et les électrolytes. Cette pression devrait égaler la pression osmotique du sang ou être plus basse. Dans le cas où la pression osmotique de la boisson sportive serait plus élevée que celle du sang, le liquide de l’intestin appellerait l’eau du corps. Il en résulterait le contraire, à savoir une déshydratation.

Isotonie / hypotonie
Les boissons isotoniques contiennent la même concentration de particules dissoutes que le sang. Le liquide et les substances importantes entrent ainsi rapidement dans la circulation. Les boissons hypotoniques en revanche, ont une concentration légèrement inférieure et se caractérisent généralement par une meilleure tolérance. En règle générale, ils contiennent également un spectre de sucres plus large, ce qui permet un approvisionnement en énergie de longue durée.

Glucides
Pour une réhydratation rapide, un apport en glucides a son importance. Etant donné que les petites molécules glucidiques telles que le maltose, le glucose et le saccharose augmentent l’osmolarité et conduisent ainsi à une déshydratation indirecte (en particulier à la suite d’un transit intestinal plus rapide), ce sont des glucides à longue chaine qui sont principalement utilisés. Les boissons ne contenant que du glucose ou du maltose augmentent très rapidement  le taux de sucre dans le sang. Par contre, les boissons contenant également du fructose garantissent à l’organisme un apport énergétique durable.

Sodium
Le sodium aide à maintenir le bilan hydrique. Il accélère l’absorption des glucides dans l’organisme, ce qui provoque ensuite celle de l’eau par l’augmentation de la pression osmotique.

Électrolytes et vitamines
D’autres électrolytes et vitamines ne servent pas directement à l’hydratation, mais sont ajoutés en partie pour des fonctions secondaires.

Le plan d’hydratation idéal pour différents types de sport
Le plan d’hydratation présent résume ce qui est important pour une bonne hydratation pendant une activité sportive et donne des conseils pour l’établissement d’un programme de consommation individuel.

Auteur: Remo Jutzeler
Chef Recherche et Développement chez SPONSER SPORT FOOD
Dipl. Ing. Technologie alimentaire HES
MAS Nutrition et santé ETHZ

13. 06. 2019
À l'article »

Alimentation sportive pour enfants

Lisez le texte intégral en anglais, traduit par DeepL.com/Translator:

Sports nutrition for young athletes

According to most people, sports foods are a no-go for children. Probably this attitude is based on the general impression of parents and non-athletes that they have of dietary supplements. These products are mostly perceived as unnatural, chemical and possibly doping substances or other - legal or illegal - pharmacologically active substances. And thus, at best, they are considered useless, but potentially even harmful to children. Sports nutrition is primarily about concentrated food and isolated nutrients as well as convenience and tolerance. It is a concept of (partial, supplementary) nutritional intake in a practical, convenient and well-tolerated form as part of a full daily routine with everyday constraints, in order to be able to carry out one's sporting activities as optimally as possible. In the first place, sports nutrition is not yet about performance-enhancing supplements or even pharmacologically active substances.

Growing children have increased energy and protein requirements
Considering the generally increased energy and protein requirements of growing children, it is obvious that children who engage in sports have an even higher (relative) requirement than adults. In addition, children are also more likely to be affected by nutritional deficiencies for obvious and known reasons: unhealthy food preferences, distraction and disinterest in a suitable diet in general and/or depending on the time of activity, and last but not least, rebellion against parental guidelines. For these reasons it is certainly appropriate to consider a possible supplementation of the diet with sports foods, but primarily in the area of energy and protein supply, not specific performance promotion. In addition, depending on the individual nutritional situation and specific needs (after clarification), micronutrients (e.g. vitamin D or calcium) may make sense.

In principle, basic nutritional recommendations for adult athletes can therefore apply equally to children and adolescents. This means, for example, the use of carbohydrate-electrolyte sports drinks during sporting activity for more than an hour, the intake of carbohydrate-protein shakes shortly after performance, or energy bars and other easily digestible, carbohydrate-containing snacks during the day, especially before energetically demanding workloads. Children are usually less consistently active in their sports, more easily distracted and therefore less focused on general nutritional requirements.

Watch out: Dental Health!
In the case of children and nutrition, however, one should certainly not ignore the topic of dental health. Sugars and acids are known to be bad for the teeth, but are also usually contained in carbohydrate-containing drinks and snacks. The most harmful is constant sipping and all too frequent sipping of carbohydrate- and acidic drinks, especially those containing fruit juice. Countermeasures can be the use of acid-free sports drinks or rinsing the mouth with water and the use of sugar-free chewing gum.

However, the unconditional use of other specific performance-enhancing supplements such as caffeine, creatine, beta-alanine or special nutritional strategies such as soda-loading must clearly be considered inappropriate for children, even though there may be no health risk at the usual recommended dosages. In principle, such supplements and measures are to be regarded as "top-of-the-pyramid", i.e. not suitable for adolescents and even less for children. As long as the technical abilities and physical performance factors are still in development and far from being exhausted, progress in performance will be achieved much more efficiently by promoting them. An uncritical use of supplements, or their potential effect, would be irrelevant.

General sports nutrition recommendations for children and adolescents

1. Drinks
Thirst should always be the driver for drinking. However, you should keep an eye on children and help them to think about drinking. Because they tend to forget drinking in their sporting zeal or simply because of distraction and generally less self-control than adults. The best recommendation is acid-free sports drinks, wherever energy is needed. Otherwise, water or sugar-free effervescent powder/tablets are sufficient, depending on taste acceptance. Pure maltodextrin can also be added to self-brewed tea water as an energy supplement, preferably with a pinch of salt per liter. Our recommendations are: COMPETITION, ELECTROLYTES, MALTODEXTRIN 100.

2. Energy
In addition to sports drinks, many bars also serve as an easily digestible source of energy. They can be easily and conveniently taken anywhere, and consumed before, during and even after performance. Carbohydrate gels can also be used in this way to a certain extent. These should be reserved for intensive competition situations or acute energy shortages. SPONSER® offers various suitable bars: HIGH ENERGY BAR, CEREAL ENERGY PLUS and the sustainably satiating oat bar OAT PACK.

3. Protein
Healthy growth and bone health are central for children and adolescents and require sufficient protein in the diet. Rapid recovery after exercise also depends on protein and energy supply in order to optimally support protein synthesis. As a consequence, special attention should also be paid to the daily protein supply of children. One can follow the rule of thumb of 1.5-2.0 g protein per kg body weight daily. Preferably, one portion should contain 20-30 g of protein and be taken together with approx. 30-50 g of carbohydrates within one hour after demanding sporting activity. A rough guideline is to take 20-30 g protein every 3-5 hours. The content from normal meals can be comfortably supplemented either with pure protein drinks from SPONSER® such as WHEY ISOLATE 94 or combined with carbohydrates such as RECOVERY DRINK, RECOVERY SHAKE, PRO RECOVERY. Ready-to-drink products such as PROTEIN SMOOTHIES or bars like PROTEIN 34/36 are also suitable.

4. Carboloading
Targeted carboloading can be considered before competition situations with a pronounced long-term endurance character, or as a temporary measure in case of acute energy bottlenecks or increased energy requirements (training camps). This can also make sense in phases of growth spurts and with delayed weight development. The use of the CARBOLOADER 2-4 times a day during a defined period can help to cover an increased energy demand more easily than with a normal diet alone.

Hands off caffeine or creatine
Although recent findings have not in themselves raised safety concerns about caffeine in children per se, it seems inappropriate to use caffeine in children for the reasons outlined above. It is also clearly not recommended to use creatine in growing children. The increased strength could lead to muscular imbalances or even injuries if trained intensively, due to non-linear/parallel development of strength, muscles and supporting structures (bones, ligaments, cartilage).

As a final remark, it should be remembered that any nutritional measure is only as good as the actual implementation! It is more important to find and use measures and products that the person concerned is willing to use voluntarily and willingly than to stubbornly stick to fixed nutrient calculations and recommendations. If something is done only reluctantly, the implementation will fail sooner or later. It is important to find foods and sports nutrition that the person concerned likes and enjoys taking, so that they become part of the daily routine and are followed voluntarily. This also includes the selection of alternatives as a change of taste.

Author: Remo Jutzeler
Head R&D SPONSER SPORT FOOD
Ing. Applied Food Sciences UAS
MAS Nutrition & Health ETHZ

20. 09. 2018
À l'article »

Plus d'articles